3 conseils pour éviter les fake news et la désinformation

Fake news et désinformation - Blog OA Développement

La désinformation sur Internet est un phénomène dont on entend beaucoup parler, notamment depuis la (très attendue) prise de position de grands du web comme Facebook ou Google dans la lutte contre les fake news. Si le terme fake news (fausses informations) est très largement associé à l’actuel Président des USA, qui s’estime victime de diffamation dans de nombreux médias américains, la désinformation n’en reste pas moins un phénomène global, qui s’est propagé sur le web et notamment grâce aux réseaux sociaux.

La désinformation, qu’est-ce que c’est ?

« Selon la définition AFNOR […], la désinformation est « l’utilisation de techniques de l’information, notamment de l’information de masse, pour induire en erreur, cacher ou travestir les faits ». Cette manipulation volontaire et réfléchie se traduit par la circulation d’informations mensongères, en particulier à des fins politiques […]. » [1]

La désinformation consiste donc à diffuser des informations fausses, souvent à grand renfort d’images, et de manière généralement volontaire. Internet, en tant que média de masse, est logiquement devenu une opportunité pour les auteurs de fake news : facilité de création et de publication des articles, diffusion à grande échelle, etc.

Selon Claire Wardle, chercheuse en sciences politiques et médias à l’Université d’Harvard, il existe différents types de désinformation, classés selon le degré d’intention de tromper l’audience. Car oui, qu’il s’agisse d’un contenu satirique ou fallacieux, les fake news sont créées dans l’intention de tromper !

Typologie des contenus de désinformation par l'étude First Draft - Le blog OA Développement
Typologie des différents contenus de désinformation par First Draft

Mais pourquoi diffuser des informations mensongères ?

Les raisons sont multiples. Parodie, provocation ou encore propagande politique, les motivations des auteurs de fake news sont multiples. Ces dernières sont généralement affublées d’un titre racoleur et accompagnées d’images parfois choquantes pour mieux marquer les esprits et inciter au partage de l’« info », notamment sur les réseaux sociaux.

Fin 2017, Le Monde publiait les conclusions de son enquête sur la diffusion de fake news par de « grosses pages » Facebook, sur un échantillon de 1 198 pages suivies au minimum par 100 000 abonnés. Résultats : près de 3000 posts relayant 137 informations mensongères différentes ont été identifiés, et chacun d’eux ont été partagés des milliers de fois.

Désinformation et fake news par Décodex - Le Blog OA Développement
Illustration extraite du Guide Décodex par Le Monde

Extraits du top 10 de ces fake news les plus partagées

  • « Les pommes industrielles sont enduites de cire toxique » – 1 post partagé à 211 484 reprises
  • « Un chinois a été infesté par des vers après avoir mangé des sushis » – 224 posts différents qui totalisent 185 949 partages
  • « Il y a eu des centaines de morts cachées à Saint-Martin après le passage d’Irma » – 60 posts différents qui totalisent 146 666 partages
  • « Un retraité français à moins de droits garantis qu’un migrant » – 18 posts qui totalisent 83 016 partages
  • « François Hollande a été hué au salon de l’agriculture en 2017 » – 4 posts qui totalisent 70 264 partages

 

Comment identifier une fausse information ?

« Partez du principe qu’une information donnée sur le web par un inconnu sans aucune possibilité de la vérifier vous-même est a priori plus fausse que vraie »[2] Ci-dessous, quelques conseils pour ne pas tomber dans le piège de la désinformation et devenir un expert du fact-checking

Vérifier l’information

L’information elle-même

Quel est son intérêt ? Repose-t-elle sur des faits ? Est-elle vérifiable ? Ici, il faut faire appel à son esprit critique et à son instinct d’enquêteur pour réussir à différencier une rumeur ou une intox d’une info réelle basée sur des faits avérés (témoignages, chiffres, études, etc.).

Sa source

S’agit-il d’un média reconnu, d’une source d’information officielle (comme par exemple l’AFP) ? Ou à contrario, l’auteur est non-identifié et le site inconnu ?

Avec la démultiplication des pages d’intox, il existe désormais des annuaires répertoriant les sites clairement identifiés comme producteurs de fake news : par exemple legorafi.fr (site satirique qui parodie ouvertement Le Figaro) ou dans une toute autre mesure des blogs comme Les moutons enragés ou Chaos Contrôlé. Il est important de toujours remonter à la source d’une information car, sortie de son contexte, cette dernière peut parfois prendre une toute signification !

Par exemple, cette information du Gorafi (donc officiellement fausse) reprise telle qu’elle par un site à destination des jeunes entrepreneurs. Le rédacteur qui a publié cet article sur son webzine n’a donc ni vérifié la véracité de l’information, ni la fiabilité de sa source.

Désinformation et fake news - Le Gorafi repris - OA DéveloppementRedonner leur légende aux photos avec Google Images

La citation « une image vaut mille mots » prend une dimension particulière dans le contexte de la désinformation. En effet, pour beaucoup d’entre nous, une photographie ou une vidéo est une preuve irréfutable de la véracité d’un fait. Mais attention, car il est très facile de faire dire ce que l’on veut à une image, ou de truquer une photographie.

A titre d’illustration, ces images qui circulaient au moment des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Dans le premier cas,  il s’agissait bien d’une manifestation en Allemagne, mais qui s’était en fait déroulée en décembre 2014 et rassemblait les membres du groupe d’extrême droite Pegida. Et dans le second exemple, un correspondant de BFM a pu avérer en direct que l’antenne de l’Empire State Building n’était pas aux couleurs de la France, contrairement à l’information partagée sur Twitter.

Désinformation et Fake news - Les rumeurs sur le 15 novembre 2015 - OA Développement

Désinformation et Fake news - Les rumeurs sur le 15 novembre 2015 - OA Développement

Utiliser les outils anti-intox

Faites un tour sur hoaxbuster.com

Ce site répertorie les canulars et autres intox qui ont le vent en poupe sur le web.

Téléchargez le kit Décodex

Mis en place par Les Décodeurs du journal Le Monde, il comprend un guide pédagogique, un moteur de recherche qui permet de vérifier la fiabilité des sites d’information ainsi qu’une extension pour votre navigateur qui vérifie en temps réelle les sites que vous visitez.

OA Développement  Vous avez désormais toutes les clefs pour ne pas tomber dans le piège des fake news !

 

[1] Extrait du glossaire du rapport « Infopollution – Hoax, rumeurs et désinformation » par le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

[2] Extrait de Guide Décodex, Un guide pour aider à y voir plus clair dans les informations sur Internet, par Les Décodeurs – Le Monde

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *